Diapositive1Date : 31 Décembre 2008

Compagnie : United Airlines

Route : Washington Dulles - Amsterdam

Classe de voyage : Business

Vol : Décollage 17h55 de Washington Dulles

UA954 Washington Dulles- Amsterdam Business Class

Appareil 777-200ER Temps de vol : 7h

Dulles est loin du centre de la capitale Américaine. Un bus direct (Metrobus 5A) part toutes les heures (3,10USD), sinon, c’est Taxi ou Taxi. Dulles est le second hub de United après Chicago. La majorité des compagnies Européennes relient Dulles ainsi que Northwest (sur Boeing B757). L’autre aéroport (à trois stations de métro direct du Centre), Reagan Airport n’offre hélas pas de long courrier d’Europe (tout juste les vols Air Canada, ce qui peut être une option pratique, à l’aller au moins, le dédouanement US se faisant lors du transit sur le sol Canadien). L’aéroport de Baltimore à quelques kilomètres de Washington est également présenté par certaines compagnies (comme une alternative (mais le choix de vols est limité, un seul vol British par jour par exemple).

Frequent flyer :

Pour les porteurs de cartes Star Alliance mais aussi les porteurs de cartes Emirates, Qatar, TAM, Air One et aussi Hawaiian Airlines (si il en existe)

Check in

Arrivé vers 16h45 soit moins de 75 minutes avant le départ du vol (pas de bagages en soute). Enregistrement à taille humaine, ce qui fait du bien de nos jours (surtout aux US). Etait-ce le fait de voyager un 31 décembre ? Check in United regroupé dans la partie Gauche du Terminal très lumineux et très pratique. Au centre et à droite, les autres compagnies (All Nippon, Virgin Atlantic, Saudi, Northwest etc). De nombreux comptoirs United dont plusieurs pour les passagers Premium et porteurs de carte FFP Elite Star Alliance, tous doublés d’un kiosque Self Service Check in (pour ceux comme moi qui n’avaient pas fait l’enregistrement sur Internet ce jour là) et du personnel disponible. Après ce check in express, en une minute aux contrôles de sécurité. Pour rejoindre la porte d’embarquement en revanche les choses se gâtent…  Un système alambiqué de bus sur verrins transporte les passagers d’un satellite à un autre (comme à l’arrivée le dimanche précédent et comme… il n’y a pas si longtemps à CDG, sans doute une prouesse que les ingénieurs d’ADP ont réussi à refourguer aux Américains ?). Ainsi pour rejoindre le terminal D d’embarquement ce soir là, il a fallu pas moins de 20 minutes. Un système de monorail est parait-il en développement (ouf !).

Lounge/ Embarquement

Inutile de préciser que je n’ai pas eu le temps de visiter le Salon Red Carpet dans le même terminal (à défaut d’être accessible aux porteurs de cartes Star Alliance Elite en partance sur un vol domestique, la majorité des Salons des compagnies américaines sont également accessibles moyennant adhésion annuelle). L’embarquement avait déjà commencé, une file éco, une file Business & First et deux employés de la compagnie.

...

Diapositive3

Siège Business Class (fauteuil non transformable)

...

Diapositive5

Apéritif (cacahouètes dans petit pot)

...

A bord

Business Class en deux parties séparées par le Galley. Configuration 2-3-2. Personnel entièrement féminin dans cette cabine, un Membre d’équipage parlant néerlandais (destination du vol), appréciable depuis la fermeture des bases Européennes d’équipages United (celle de Paris a fermé en mai 2006). Pendant que les derniers passagers de Classe Economique embarquent, remise d’un verre de bienvenue (champagne Pipper Heidsieck Brut ou Mumm cuvée Nappa Brut ou eau…dans un verre en plastique pour l’eau), des casques pour l’IFE, du menu et d’une trousse de confort (chaussettes, masque pour les yeux, bouchons d’oreilles, mouchoirs, brosse à dents, le tout made in China (ça a le mérite d’être annoncé), dentifrice made in Canda, bonbons menthe made in Spain ainsi que Marine body butter et « romance card » made in USA. Les sièges Classe Affaires sur cet appareil ne sont pas ceux qui sont annoncés à grand renfort de publicité, un grand classique, peut être est-ce l’un des premiers Boeing 777 reçus (United était le compagnie de lancement de cet appareil en 1995) mais seulement 5 passagers sur 35 places dans cette partie de la Business, donc confort assuré. L’appareil quitte le bloc à l’heure pile (17h56 il faut le faire) mais 20 minutes d’attente du aux vents violents sur Washington ce soir là (les atterrissages devant être espacés plus que normalement). Service rapide pour permettre de dormir. Assez pour réaliser que l’hôtesse est exceptionnelle, vraiment souriante, discrète et efficace en même temps (jamais un verre resté vide bien longtemps, présentation des bouteilles, regard … peut être est ce plus facile avec 5 passagers qu’avec 35, mais on est quand même loin des clichés habituels des compagnies américaines. Celle de l’autre rangée a l’air moins classe (se cure les dents en passant en cabine, croyant que personne ne la regarde, s’accoude au mur pendant les démonstrations de sécurité etc).

...

UAL_MEnu

Menu UAL Business Class

...

Diner servi rapidement (toujours appréciable sur un vol de 7 heures) : poisson fumé, crevette et crudité (+ salade) et escalope de poulet panée, sauce tomate, courgettes et risotto (bon mais un peu sec) avec un verre de vin rouge californien. Les autres choix de plats : Cheese tortelacci ou grilled bacon wrapped strip lioin with red wine braised cabbage and roasted rosemary potatoes (un plat créé par le chef Charlie Trotter, chef célèbre à Chicago et Las Vegas).

...

Diapositive6

Entrée

...

Diapositive4

Petit déjeuner

...

Diapositive7

Siège en position incliné

...

Le siège

Ecran individuel dans le siège (un record de miniaturisation : 11,5cm x 8,5 cm). Une inclinaison loin d’être un 180° (sans même rentrer dans les discussions habituelles des Classes Affaires : 180° « toboggan » ou 180° horizontal). Mais l’espace entre chaque siège permet de baisser le dossier (manuellement) assez largement pour dormir rapidement (mais aussi pour obliger à enjamber le siège de son voisin si on est en fenêtre ou au milieu, comme sur Air France et beaucoup d’autres). Il est 1h30 du matin (heure d’Amsterdam). Petit déjeuner servi avec le sourire avant l’atterrissage (45 minutes avant, pas 1h30, les petits détails qui font la différence sur ces vols relativement courts) : assiette de fruits, yaourt, croissant (et en bonus une part de cheesecake du diner que j’avais demandé sur mesure, le « plus »). Arrivée à 7h25 à Schiphol sous un brouillard glaçant. Heureusement l’avion est au contact (on n’est pas à CDG). Pas de Salon arrivées. J’ai utilisé les douches de l’hôtel Mercure sous douane (15EUR la douche – c’est celle qu’offre KLM à ses passagers Premium en transit – et 20EUR le day-use pour les arrivés avant 10h du matin)

Verdict :

Les avantages d’un vol vide. Le nouveau siège va surement aider dans l’énorme compétition transatlantique, le nouveau traitement au sol aussi !

...

Petit plus : First Class (petite tv)

Diapositive2